Bien-être·Lifestyle·Non classé

« À fleur de peau » : apprendre à accepter sa grande sensibilité

Lors d’un après-midi du mois de Juin, je me rappelle faire défiler mes photos sur mon compte Instagram. Quoi de plus normal de nos jours, n’est-ce-pas? Et puis, je remarque un livre sur une photo dont la couverture m’interpelle. Je la trouve très jolie et me rappelle mon petit univers de douceur et de couleurs. En lisant le titre « À fleur de peau », je décide de chercher sur Google de quoi le livre parle et m’aperçoit qu’il traite le sujet de l’hypersensibilité. Je ne me suis pas directement identifiée au terme. Moi, hypersensible? Je ne pense pas. Sensible? Sans aucun doute. Mais hypersensible? En fait, je crois que c’est le « hyper » qui me dérangeait comme si il y avait quelque chose de trop ou, en fait, de différent… Et, paraître différente m’a toujours fait peur. Ensuite, j’ai décidé de continuer ma lecture en lisant le résumé du livre et ai eu l’impression qu’il me décrivait!

« Mais il y a un mais: une minuscule remarque désobligeante, un simple désaccord, une critique inoffensive peuvent suffire à perturber la belle dynamique de sa vie et à détruire toute confiance en elle. »

« Et cette qualité, qui lui apporte d’immenses joies, une empathie exceptionnelle, une relation émerveillée avec la nature, semble désormais menacer son équilibre et nuire à son bonheur. »

C’est tout moi, en fait. Curieuse, j’ai décidé d’acheter le livre. Pour une fois, la sensibilité semblait être présentée de manière positive, comme une « ressource inépuisable » comme  il est écrit au dos du livre. Si je n’ai pas toujours assumé ma très grande sensibilité, c’est  parce que, pendant ma vie entière, ma sensibilité m’a été présentée de manière plus ou moins négative. En effet, on m’a souvent dit que je ressentais trop les choses, que je pensais trop, que je m’en faisais trop… Beaucoup de trop, n’est-ce-pas? Et, cela m’a amenée à m’effacer avec le temps car je ne parvenais pas à trouver ma place en tant personne sensible mais aussi -on ne va pas se mentir- car je recherchais trop l’approbation des autres. Cependant, ce que je ne savais pas c’est que je n’avais pas besoin d’attendre que les autres acceptent ma sensibilité. C’était à moi de l’accepter, de l’aimer et de l’utiliser car, oui, c’est une grande qualité si l’on apprend à vivre avec. Elle nous permet de comprendre les émotions des autres avec beaucoup d’empathie ainsi que les situations autour de soi avec justesse, la plupart du temps (pas toujours par contre! 🙂 ), de percevoir la beauté de la vie dans chaque petite chose, de ressentir les petits moments de bonheur multipliés par mille, ainsi qu’avoir une envie inépuisable de créer, tout le temps. Ce qui m’avait été longtemps présenté comme une caractéristique à atténuer, à ne pas trop montrer est probablement ma plus grande force. C’est sûr que si l’on me demande de vivre une vie en faisant comme si je n’étais sensible, ça ne va pas marcher pour moi! Mais ce qui est, bel et bien, possible est de créer ma vie.

  • Tout au long du livre, nous suivons Flora dans la découverte d’elle-même et de sa très grande sensibilité. Elle apprend à s’aimer et s’accepter telle qu’elle est en explorant sa sensibilité. Elle apprend également à percevoir autrement le regard des autres et les remarques, parfois, un peu négatives en prenant un peu de distance. Son évolution prend, non seulement, place au niveau de son développement personnel mais aussi dans les autres sphères de sa vie: professionnel, relationnel, etc. À la fin du livre, elle perçoit, enfin, sa sensibilité comme un don pour se connecter au monde autour d’elle et s’affirme telle qu’elle est. 

39309668_2093021514281634_2121768514862710784_n

Je vais vous faire une confidence: je suis NULLISSIME pour écrire des résumés alors je préfère m’arrêter là pour ne pas trop en dévoiler dans le cas où vous souhaiteriez le lire! À l’école lorsque l’on me demandait d’écrire un résumé d’une page, je finissais le 3/4 du temps avec minimum quatre pages, alors voilà! Il vaut mieux que je m’arrête ici. 🙂

Tout cela pour vous dire que ce livre est un véritable petit trésor pour toutes les personnes qui se sentent un peu différentes et un peu (trop) sensibles pour ce monde! Il est vrai qu’il y a assez peu de ressources qui présentent le fait d’avoir une grande sensibilité comme quelque chose de positif. Je trouve qu’il est grand temps que la sensibilité ne soit plus présentée comme une faiblesse mais comme une grande qualité car notre monde en a grandement besoin.

 

J’espère de tout coeur que cet article vous aura plu! Je suis très curieuse de savoir s’il y a d’autres personnes avec une grande sensibilité dans mes lecteurs?

Je compte écrire d’autres articles sur la sensibilité dans l’avenir car c’est un sujet qui me tient vraiment à coeur!

Capture d_écran 2018-01-06 à 00.04.43

 

 

4 réflexions au sujet de « « À fleur de peau » : apprendre à accepter sa grande sensibilité »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s